Valérie ROY
 
5 La Mornétrie, 17780 SOUBISE, France

L'alimentation adaptée au tempérament de mon enfant


L'alimentation spécifique aux différents tempéraments

Hippocrate considérait l’alimentation comme la première des médecines.

La naturopathie adapte les conseils alimentaires aux forces et sensibilités de chaque individu en s'appuyant sur les connaissances scientifiques et en s'inspirant de traditions anciennes.

Cet article vous aidera à confectionner son alimentation pour maintenir sa vitalité, sa croissance et son immunité.

L’enfant Lymphatique, dominé par l’élément eau

C’est un enfant généralement bon mangeur. Sauf en période d’opposition, le temps du repas passera sans encombre.

L’enfant lymphatique aime manger en grande quantité et apprécie particulièrement les saveurs douces et les produits laitiers qui lui sont défavorables.

Des perturbations digestives telles que des ballonnements, gaz et des fermentations intestinales sont causées par le sucre ajouté ou caché (Pâtisseries, gâteaux, sirops...), aggravant ainsi sa sensibilité digestive et son système immunitaire.

Les produits laitiers sont à l'origine de la production de mucosités. Elle risque d’aggraver les problématiques ORL connus de cet enfant, particulièrement à l’automne et en hiver, période où il est particulièrement sensible et fragilisé.

L’élément feu viendra soutenir le métabolisme et la digestion de cet enfant dominé par l'élément eau.

La consommation d’épices viendra soutenir son alimentation pendant la période froide et humide (curry, cardamone, gingembre, curcuma dans les soupes et cannelle dans les compotes)

Les cuissons chaudes et sèches, telles que le wok, le four et le poêlé sont à favoriser, et l’apport des céréales d’avoine ou sarrasin, reconnues pour leurs vertus échauffantes, est à privilégier.

Il sera nécessaire de limiter le cru (fruit, crudité) et notamment les fruits et légumes aqueux comme le concombre, la tomate, la pastèque.

La banane, la châtaigne, la pomme, la pomme de terre, ou encore les légumes verts type poireau, roquette, riches en minéraux et en fibres sont recommandés.

Concernant son comportement, c'est un enfant qui peut trouver le réconfort dans la nourriture et rencontrer des difficultés à trouver les limites de sa satiété.

Pour développer un rapport sain avec l'alimentation, il est important de porter une attention particulière sur cet aspect. Il doit être aidé pour repérer sa propre limite et intégrer d'autres sources de réconfort.

L’enfant Sanguin, dominé par l’élément air

L'enfant sanguin aime les bonnes choses et surtout les saveurs qui lui rappellent la convivialité : les olives d'apéritif, le fromage de la table de famille, les parties de crêpes, les goûters d'anniversaire…

Cet enfant dispose d’une bonne faculté digestive et métabolise généralement bien les aliments. Sa gourmandise naturelle n'est pas réfrénée, car il supporte assez bien les excès.

Votre aide sera nécessaire pour rééquilibrer son assiette et proposer des alternatives aux aliments festifs. Des bâtonnets de carotte pour l'apéritif, des chips aux légumes ou de l'houmous sont des choix intéressants. Préparer des pâtisseries maison en employant des céréales variées (farine de châtaigne, sarrasin), réduire le sucre (favoriser le sucre complet) et éviter les boissons sucrées.

Il s'agit d'un tempérament chaud et humide qui a besoin de fraîcheur et de protéines légères comme le quinoa, les légumineuses, la volaille et le poisson.

Il faudra réduire la consommation d'épices, de viande rouge et d'aliments dits humides qui retiennent l'eau, tels que la charcuterie, le lait, le fromage et l'excès de crudités.

Pour cet enfant, on évitera les cuissons à l'eau et à l'autocuiseur.

Les légumes verts (riches en chlorophylle) et les légumes racines (carotte, panais, navet) ainsi que les légumineuses (pois, chiches, lentilles) lui sont particulièrement recommandés.

Pour le sanguin, le repas est synonyme de moment de fête et de partage. Les fêtes de famille et les apéritifs d'adultes sont autant de prétextes pour faire le clown et amuser la galerie, ce qu'il aime faire au quotidien.

Cet enfant a une sensibilité particulière à l'atmosphère. Par ailleurs, il peut être difficile pour lui de manger si le contexte familial est tendu. À l’inverse, s’il fait tout pour attirer l’attention, il faudra l’aider à dissocier les temps de repas des temps de jeux.

Le repas est une étape de la journée à ne pas négliger chez cet enfant. Il est donc important de le faire participer à la préparation du repas, afin que la convivialité ne soit pas uniquement associée qu'à l'action de manger.

L’enfant Bilieux, dominé par l’élément feu

Le bilieux est un enfant sensible sur le plan hépatique, l’excès alimentaire ne lui convient pas.

Il est naturellement équilibré dans son appétit, car il sent que l'excès de certains aliments (chocolat, protéines animales, fritures, plats en sauce, lait, graisses…) lui sont défavorables.

C'est un enfant qui a besoin de boire beaucoup. Il est important de lui proposer régulièrement de l'eau ou des tisanes, des soupes (froides ou chaudes).

Il est préférable de prévoir des cuissons plutôt légères et aqueuses (bouillon, légumes à l’eau, à la vapeur, à l’étouffée). La consommation de cru (crudités, jus de légumes, graines germées, fruits) peut être proposée à chaque repas, même en hiver.

C’est un enfant très actif et dynamique qui a besoin de se dépenser.

De plus, il est important de proposer des protéines et des glucides de qualité en privilégiant les végétaux (quinoa, légumineuses), le poisson ou la volaille, ainsi que les céréales semi-complètes ou complètes.

Afin de renforcer sa fonction hépatique, on pourra compléter les repas avec de l’huile de carthame, de l’huile d’olive, de même que les légumes soufrés comme le poireau, l’oignon, le radis noir, le navet, l’artichaut.

L’enfant bilieux n’est pas très attiré par l’alimentation. Il faut que le repas soit rapide pour retourner à ses activités.

S’il avait en tête de faire autre chose à ce moment-là, le repas peut faire naître chez lui de la frustration et de l’opposition.

C’est un enfant qui aimera très tôt faire seul. La diversification amenée par l’enfant (DME) sera particulièrement bien indiquée pour lui. Pour valoriser les compétences de l’enfant bilieux lors des repas, ces parents pourront : le laisser se servir seul, manger avec les doigts ou des couverts, se laver les mains seul…

Ces activités renforceront sa motricité fine.

L’enfant nerveux dominé par l’élément terre

L'enfant nerveux qui généralement a un petit appétit. L’étape de la diversification alimentaire peut être complexe chez cet enfant dont la maturation digestive est relativement lente. Sa capacité digestive est souvent restreinte ; il tolère seulement de petites portions et des aliments légers. 

Fractionner les repas, restreindre les aliments riches en graisse et en protéines, notamment animales, comme la viande ou la charcuterie, riches en purines, sera nécessaire. Les plats en sauce, les fritures et les associations types féculents et sauce tomate, viandes grasses (agneau, canard) sont à proscrire. En outre, les protéines et les graisses de meilleures qualités de type légumineux, poissons gras, crustacés et oléagineux seront à privilégier.

Chez l’enfant nerveux, il va être important de nourrir le système nerveux à l’aide d’apports conséquents en oméga-3 (huiles végétales de première pression à froid de colza, noix, cameline, chanvre), mais également en vitamine du groupe B et minéraux (phosphore, magnésium…).

L’apport à chaque repas de céréales complètes ou semi-complètes à faible index glycémique (riz, pâte, pain, semoule, quinoa, légumineuses, sarrasin…) permettra d’apporter le « combustible » nécessaire pour réguler son énergie de la journée, tout en évitant les à-coups glycémiques qui fatiguent le système nerveux et les sucs pancréatiques.

La part minérale et vitaminique peut être complétée par des jus de légumes frais à l’extracteur et des graines germées.

Chez cet enfant, les superaliments (Algues : wakamé, spiruline) sont particulièrement bienvenus pour compléter ses besoins nutritionnels en micro et macronutriments tout en économisant son énergie digestive.

Les cuissons à l’étouffée ou à la vapeur douce sont conseillées.

Cet article vous a-t-il permis de mieux comprendre les besoins de votre enfant ?

Je reste à votre écoute pour toutes questions !

 

Dans le prochain article, il sera question de l'hygiène de vie spécifique aux différents tempéraments, l'art de vivre dans le respect de sa propre nature.

 

Ressources : Ouvrage de Nina BOSSARD

Naturopathe & Relaxologue

  • Accompagnement périnatal
  • Accompagnement à la libération de troubles et émotions dérangeantes

 

Pour toutes questions : 06 08 62 43 99


Articles similaires

Derniers articles

L'alimentation adaptée au tempérament de mon enfant

Pour mieux connaître et comprendre son enfant

Et si les effets de l'hiver ne passaient pas par moi !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.